Votre spécialiste de la ferme aux champs…

Tendances & Infos

 

méthanisation / les conditions de la rentabillité

 

 

bOITERIES & parage

Boiteries & parage La dermatite affecte davantage les vaches en système lisier qu'en système fumier

 Terre-net Média I Article de Robin Vergonjeanne I Mai 2016

Bretagne Conseil Elevage Ouest (Bcel Ouest) collecte et valorise les données de parage. Ces chiffres montrent que les vaches laitières logées dans des stabulations sans paille souffrent pratiquement deux fois plus de dermatite digitée que celles qui couchent sur aires et logettes paillées.

La fréquence de raclage et l'ajout de paille permet d'assécher les couloirs et de freiner les boiteries d'origine infectieuse comme la dermatite.

« Notre activité de parage augmente de près de 20 % par an, c’est notamment lié à l’expansion de la dermatite digitée dans les élevages bretons et aux vaches qui restent de plus en plus en bâtiment », fait remarquer Benoît Dasse, chef produit parage pour Bcel Ouest. Les huit pédicures de l’équipe collectent et enregistrent les lésions de chaque vache parée sur leur tablette tactile. Cela représente 24.000 vaches parées en 2014 dans 500 élevages. Cette récolte de données permet de fournir à chaque éleveur un bilan  technique "O’dit parageé dès le lendemain de la venue du pareur. Ce bilan permet de savoir quelles sont les types de lésions, à quels stades, mais aussi qu’elles sont leur gravité. Ces audits boiteries devraient s’étendre prochainement à l’ensemble des organismes de Conseil Elevage.

« Nous réalisons peu de parages préventifs. Les problèmes de boiteries sont tels que la très grande majorité des vaches parées présentent des lésions,», explique-t-il. Quatre lésions des pieds posent principalement problème :

  • La dermatite digitée (Mortellaro) stades M1 à M4 (26,5 % des VL parées)
  • Erosion de la corne du talon (= fourchet) stades 2+3 (22,8 % des VL parées)
  • Ouverture de la ligne blanche (17,8 %)
  • Blême diffuse (= fourbure) stade 2 +3 (13,9 % des VL parées)

Pour Benoît Dasse, « ces chiffres cachent une très forte variabilité entre les élevages, c’est pourquoi nous avons cherché à identifier les causes liées au type de couchage des vaches. »

Type logement

  Nb élevages  

   % dermatite digitée   

           M1 à M4     

   % érosion de la corne    

du talon 2+3 

Aire paillée

  53 

(1985 VL)

  20,0 %a

  19,3 %a

Logettes paillées système fumier

  40 

(1772 VL)

  22,7 %ab

  18,7 %a

Logettes matelas, système lisier

  41 

(1750 VL)

  36,1 %c

  29,5 %a

Caillebotis

  6 

(206 VL)

  46,3 %bc

  40,2 %a


« On s’aperçoit qu’il y a une nette différence entre les systèmes fumier, que ce soit une aire paillées ou des logettes paillées, et les systèmes lisier. » Les logettes par rapport à l’aire paillée ne semblent pas être un élément déterminant sur la prévalence des maladies infectieuses comme la dermatite ou l’érosion de la corne du talon. C’est davantage la présence de paille qui semble faire la différence. En effet, l’humidité des sols et l’ambiance du bâtiment seraient fortement favorables au développement de la bactérie responsable de la dermatite.

Les chiffres relevés dans les étables sur caillebotis sont alarmants (46 % des vaches parées souffrent de dermatite, et 40 % d’érosion de la corne du talon). « Attention, nous ne pouvons pas encore tirer de conclusion sur l’impact réel des caillebotis sur ces types de boiterie. Avec seulement six élevages, l’échantillon est trop petit pour obtenir des résultats significatifs. »

 

 

 

l'agriculture émet différents composés dans l'air

 

 

UNE MEILLEURE HYGIène et santé avec les tapis 

 

INFO i conseils i tendances

CARTE DES DISTRIBUTEURS MIRO

CARTE DES DISTRIBUTEURS MIRO

Vaches